• troubles des apprentissages

    dyslexie,dysorthographie,dyscalculie...

    Dimanche 29 juin sur Vivre FM (la radio du Handicap), à 11 H 00 : Emission Science et Conscience :
    www.vivrefm.com

    L'Inserm a publié en 2007 une expertise collective faisant le point des avancées des connaissances scientifiques concernant les troubles spécifiques des apprentissages scolaires : dyslexie,dysorthographie, dyscalculie.
    Franck RAMUS, chercheur au laboratoire de sciences cognitives et psycholinguistique de l'Ecole Normale Supérieure, et Catherine Billard, clinicienne au CHU Kremlin Bicêtre, présentent les résultats de cette expertise, à laquelle ils ont participé. Les troubles étudiés concernent l'acquisition de la lecture (dyslexie), de l'orthographe (dysorthographie), du calcul (dyscalculie). Les facteurs environnementaux de type sociologique et pédagogique ont une implication dans l'existence des déficits constatés mais ils n'en constituent pas la seule explication : il y a consensus dans la communauté scientifique pour reconnaître une origine neuro-développementale à ces troubles. Les recherches les plus développées portent sur la dyslexie. Ce trouble, qui concerne au minimum entre 3% et 5% d'enfants vers l'âge de 10 ans, se manifeste par l'absence de maîtrise des correspondances entre les graphèmes (lettres ou groupes de lettres) et les phonèmes (sons de la parole). Une grande majorité d'enfants dyslexiques souffrent d'un déficit cognitif spécifique à la représentation et au traitement des sons de la parole, que l'on appelle déficit phonologique. Au-delà de ce constat, il existe une grande diversité de théories sur les mécanismes explicatifs. Par ailleurs, l'expertise collective de l'INSERM fait le point sur les différentes étapes de la prise en charge : repérage (par l'enseignant en lien avec les parents), dépistage (par les médecins de médecine scolaire ou de PMI), diagnostic (par des professionnels réunis en équipe pluridisciplinaire), prise en charge individuelle pour assurer la rééducation et l'entraînement. In fine, le travail de l'INSERM débouche, pour l'ensemble des troubles spécifiques des apprentissages scolaires, sur des recommandations visant à développer les recherches, à mieux repérer dépister prévenir et à mieux prendre en charge.


  • Commentaires

    1
    A-L JOUBAUD
    Vendredi 8 Août 2014 à 10:15

    Anne-Laure JOUBAUD<noxml:namespace prefix="o" ns="urn:schemas-microsoft-com:office:office"><o:p></o:p></noxml:namespace>

    Psychomotricienne D.E.<o:p></o:p>

    Diplômée de l’IFP de la faculté de médecine de Toulouse<o:p></o:p>

    6, rue des Orfèvres<o:p></o:p>

    56000 VANNES<o:p></o:p>

    tél. : 02 97 68 32 42 / 06 27 86 53 64
    Bonjour,
    je cherche des informations sur les réseaux existants prenant en charge les enfant dys dans le département du MORBIHAN en BRETAGNE.
    Je reçois beaucoup d'enfants pour des demandes de bilans psychomoteurs. Une fois que le bilan est effectué et que la mise en place des séances en lien avec l'enfant, la famille, le réseau scolaire et de soin, qui prend en charge l'enfant est faite, tout devient compliqué pour la famille. Les demandes de prestations ne sont même plus étudiées dans le département du Morbihan pour rembourser les séances, et les parents se retrouvent dans des impasses financières pour assumer la totalité des séances en psychomotricité dont l'enfant porteur d'un dys nécessite.
    Merci d'avance d'apporter des éléments de réponses.
    Cordialement.
    Anne-Laure JOUBAUD

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :